Écobes au Cégep de Jonquière

Projets en éducation

Projets en cours en 2020-2021

Accès et usages des technologies numériques dans les communautés des Premières Nations et Inuits du Québec

Mandaté par la Table nationale sur la réussite éducative des élèves autochtones du Québec et financé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, ce projet vise à documenter les accès et usages des TIC dans les écoles (primaires et secondaires) des communautés des Premières Nations et Inuits du Québec. Il permettra à la Table d’identifier les besoins, globaux et régionaux des écoles autochtones afin de promouvoir la réussite des élèves dans un contexte de citoyenneté à l’ère du numérique.

Conciliation études-travail-famille (CETF), réussite éducative, qualité de l'emploi et bienêtre chez les jeunes québécois

Il est important que les jeunes québécois et québécoises parviennent à bien concilier les exigences liées aux études, au travail et, s’il y a lieu, à la vie familiale afin de décrocher avec succès les diplômes maintenant devenus cruciaux. Au tournant des années 90, des recherches ont commencé à témoigner des risques que comporte le cumul emploi-études pour la réussite éducative et le bienêtre. Aujourd’hui, les bénéfices et les inconvénients associés au fait d’occuper un emploi parallèlement aux études doivent être réévalués chez de jeunes québécois et québécoises. À cette fin, les plus récentes recherches indiquent qu’il faut tenir compte, dans une perspective longitudinale, de l’origine sociale du jeune et de ses aspirations scolaires, d’une part, et de la qualité de l’emploi qu’elle ou il occupe et de son intensité, d’autre part, et ce, non seulement en termes d’heures hebdomadaires travaillées, mais aussi selon les contraintes organisationnelles, physiques et psychosociales auxquelles elle ou il est exposé.

Ce projet financé par le programme Projets de recherche en équipe en milieu collégial du FRQSC a pour objectif d’explorer les effets du cumul études-travail sur les parcours scolaires et le bienêtre chez les répondantes et répondants de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ÉLDEQ) menée par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), et ce entre 15 ans et 21 ans. De manière plus spécifique, il s’agit d’abord de caractériser l’évolution de plusieurs indicateurs d’intensité et de qualité d’emploi (type, durée, contraintes organisationnelles et physiques, environnement psychosocial, etc.). Les effets de ces derniers indicateurs seront ensuite évalués sur les parcours scolaires (rendement académique, engagement scolaire, motivation, abandon, diplomation, etc.) et du bienêtre (estime de soi, anxiété, fatigue, etc.), et ce, chez les répondantes et répondants ayant ou non des responsabilités familiales.

Des recommandations adaptées aux réalités contemporaines seront ensuite produites afin de bonifier les interventions en CETF chez les jeunes québécois et québécoises. Les résultats de ce projet pourront notamment être utilisés dans le déploiement du projet national de mobilisation des employeur.e.s du Réseau québécois pour la réussite éducative (RQRÉ) intitulé « Employeurs engagés pour la réussite éducative », impliquant déjà les 17 Instances régionales de concertation sur la persévérance scolaire et la réussite éducative (IRC) du Québec.

Évolution de l’adaptation des étudiants internationaux des collèges à faible densité ethnoculturelle et de la relation avec leurs pairs québécois

Projet financé par le Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES) PAREA 2020-2023 

Les établissements d’enseignement ainsi que les enseignants ont tout intérêt à promouvoir la santé psychologique et l’intégration des étudiants internationaux, ne serait-ce que pour favoriser leur réussite scolaire. Puisque le bien-être et l’intégration passent en grande partie par les classes et par les relations que développent ces étudiants avec leurs pairs québécois et les enseignants, il est tout indiqué de préciser l’évolution de ces dimensions tout au long du processus de scolarisation et de trouver les stratégies efficaces pour les promouvoir. La présente recherche vise à documenter l’évolution de l’adaptation psychologique des étudiants internationaux tout au long de leur scolarité au cégep et à identifier les obstacles et facilitateurs perçus par les étudiants internationaux, les étudiants québécois et les enseignants quant aux liens et interactions entre les étudiants en classe dans le but d’ajuster les approches pédagogiques. De plus, à partir du point de vue des différents acteurs qui participent à la recherche, l’objectif final de ce projet est de formuler des recommandations pédagogiques à l’intention des enseignants et des professionnels non enseignants afin de mieux gérer la diversité culturelle et de favoriser les interactions entre les étudiants issus de cultures diverses.

Portrait de l’intervention psychosociale dans le réseau collégial québécois

Étant très souvent exclue des considérations liées à la santé, la santé psychologique est une composante de la santé qui mérite plus d’attention. Non seulement 75 % des problèmes de santé mentale se manifestent avant l’âge de 24 ans (Kessler et al., 2007), mais ils sont une des premières raisons pour l’hospitalisation des jeunes de 14 à 25 ans (Santé Canada, 2002). La population étudiante n’échappe pas à cette réalité, considérant le fait que sa majorité fait partie de ce groupe d’âge. Actuellement, le développement de stratégies de prévention et de promotion de la santé mentale, en amont, pour complémenter les services d’aide psychologique, est de plus en plus considéré au postsecondaire. Cependant, si certains établissements semblent avoir systématisé leur démarche de prévention, voire d’interventions sur la santé mentale des étudiants, d’autres non. Il est donc important d’approfondir la connaissance sur le portrait des interventions proposées dans les établissements collégiaux au Québec, ainsi que des interventions inspirantes dans d’autres établissements (secondaires, universitaires, ou postsecondaires étrangers).

Notre présent projet se décline en 3 axes :

  • Recension critique de la littérature (santé mentale des étudiants collégiaux; stratégies de prévention et de promotion déployés; types d’interventions développées dans les collèges)
  • Analyses quantitatives secondaires des données du SPEC (Sondage provincial sur les étudiants des cégeps), permettant de mieux définir les problématiques de santé mentale des étudiants collégiaux.
  • Entrevues réalisées auprès d’intervenants des services d’aide psychologique de différents établissements collégiaux au Québec (représentativité en terme de taille et de localisation; ex. proche/éloigné grands centres), pour comprendre leur regard sur leur travail et sur les interventions mises en place dans leurs institutions.
Projet Intercollégial d’étude sur le consentement, l'égalité et la sexualité (PIECES)

Ce projet de recherche est dirigé par Manon Bergeron de la Chaire de recherche sur les violences sexuelles en milieu d’enseignement supérieur de l’UQAM, et ce en collaboration avec le Cégep de Jonquière, le Cégep de l’Outaouais, le Cégep de Sainte-Foy, le Collège Ahuntsic et le Collège Montmorency.

Son objectif principal est de produire un portrait global des situations de harcèlement et de violence sexuelle en milieu collégial au Québec en se basant sur un échantillon composé d’étudiant.e.s, d’enseignant.e.s et d’employé.e.s. Il s’agit en outre de cibler des mesures qui peuvent aider à prévenir les violences à caractère sexuel dans les institutions collégiales. La collecte de données a eu lieu dans les cégeps susmentionnés à l’automne 2019 et le transfert de connaissances se tiendra à différents moments au cours de l'année 2020-2021.

Relance des étudiants ayant abandonné leur programme d’études au Cégep de Jonquière avant la dernière année prévue

La Fondation Asselin et la direction des études du Cégep de Jonquière ont donné le mandat à ÉCOBES de relancer des étudiantes et étudiants ayant récemment abandonné leurs études avant l’obtention de leur premier diplôme, et ce, afin de cerner les raisons les ayant conduits à mettre un terme prématurément à leurs études. Des entrevues individuelles avec d’anciennes étudiantes et d'anciens étudiants et l’analyse de données administratives permettront en outre d’identifier des améliorations à apporter à l’accueil, à l’encadrement et au soutien des étudiants.

Trousse sur la conciliation études-travail 
 

Au cours des dernières années, ÉCOBES a développé et conçu un site Web sur la conciliation études-travail. L’objectif de cet outil d’intervention est de mieux outiller, à l’échelle provinciale, les intervenantes et intervenants du secteur communautaire, du milieu de l’éducation, de la santé et des services sociaux par rapport à la problématique du cumul études-travail. Plus particulièrement, cet outil permet aux étudiantes et étudiants travailleurs d’obtenir un diagnostic sur leur situation scolaire, sur leur travail et sur leur santé en plus de bénéficier de conseils pratiques spécifiques à leur condition. Lancé en décembre 2015, cet outil est disponible sur Internet : www.jeconcilie.com.  Cet outil a par ailleurs été récemment adapté pour les étudiantes et étudiants du Nouveau-Brunswick dans le cadre d’une collaboration avec le CCNB.

Ce projet s’appuie entre autres sur les recherches sur la santé et la sécurité des étudiantes et étudiants travailleurs effectuées par ÉCOBES en partenariat avec l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST). En plus de l'IRSST, les partenaires du projet sont Réunir Réussir, les Instances régionales de concertation sur la persévérance scolaire et la réussite éducative (IRC) du Québec ainsi que le Centre de recherche, de développement et d’innovation en communication (CRDIC) du Cégep de Jonquière.

De plus, un partenariat avec le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) ainsi qu’un financement du Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada (RCCFC) ont permis d’adapter l’outil à la situation des élèves francophones du Nouveau-Brunswick.

En 2019, ÉCOBES a mené une enquête qui s’appuyait sur les données recueillies auprès d’environ 4 000 jeunes par le biais de jeconcilie.com ainsi que sur différentes entrevues réalisées auprès d’employeur.e.s qui embauchent des étudiantes et étudiants afin de mieux cerner les facteurs favorables à la conciliation études-travail et identifier les mesures mises en place par les employeur.e.s pour favoriser celle-ci. Les résultats de cette enquête sont présentés dans le rapport Renforcer le soutien aux étudiants et aux entreprises en matière de conciliation études-travail-famille.

Plateforme de cartographie interactive d'indicateurs scolaires

CartoJeunes est un projet déployant une plateforme Web interactive de cartographie d'indicateurs spatialisés. Dotée d’une interface intuitive et facile d'appropriation, cette plateforme est utilisée par des centaines d'acteurs aux quatre coins du Québec afin d’amplifier la mobilisation régionale et de fédérer les milieux scolaires et communautaires. Le site Web a été développé conjointement par la Chaire VISAJ et ÉCOBES avec l’aide financière du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur et de la Fondation Lucie et André Chagnon. Plus particulièrement, cette plateforme permet de cartographier de nombreux indicateurs portant sur les cheminements scolaires et les conditions de vie selon une grande diversité de découpages géographiques. De même, CartoJeunes propose des mises à jour fréquentes ainsi qu’une profondeur historique permettant des analyses chronologiques. D’autre part, une version PRO offre des outils d'analyse spécialisés. Des formations sur l’utilisation de ces deux plateformes sont actuellement offertes dans différentes régions du Québec.

Dans le cadre de ce projet, des analyses ont été menées sur les facteurs territoriaux de persévérance scolaire à l’échelle des MRC du Québec et des documents de vulgarisations (fiches synthèses, portraits de territoires) ont été produits et sont accessibles sur le site cartojeunes.ca/analyse-territoriale. ÉCOBES soutient également de nombreuses instances régionales en persévérance scolaire dans l’appropriation et la vulgarisation des caractéristiques des territoires de leur région.

Trajectoires des finissantes et finissants de 5e secondaire de la région de Montréal

Depuis janvier 2019, ÉCOBES accompagne méthodologiquement les cinq commissions scolaires et les 12 cégeps de Montréal, le Regroupement des cégeps de Montréal (RCM), la Fédération des cégeps, le Service régional d’admission du Montréal métropolitain (SRAM), le Réseau réussite Montréal (RRM) ainsi que Concertation Montréal dans le cadre d’un projet visant à mieux comprendre les trajectoires des finissantes et finissants de 5e secondaire sur l’île montréalaise. Ce partenariat table sur la mise en commun de leurs bases de données afin d’analyser plus finement les trajectoires des groupes sous-représentés aux études collégiales ou encore de cibler les caractéristiques des élèves qui éprouvent des difficultés lors de leur passage aux études collégiales. Différentes mesures seront par la suite implantées et évaluées afin de mieux souvenir les élèves à risque d’échec.

Sondage provincial sur les étudiants des cégeps de la Fédération des cégeps

Le sondage provincial sur les étudiantes et étudiants des cégeps (SPEC), autrefois nommé « Aide-nous à te connaître », est administré annuellement à près de 20 000 étudiantes et étudiants dans plus de 40 cégeps. En 2018, ÉCOBES a collaboré avec la Fédération des cégeps et la Fédération étudiante collégiale du Québec afin de mieux caractériser la population étudiante collégiale à l’aide d’un ensemble d’indicateurs clés (aspirations et choix de carrière, besoins financiers, utilisation des services du collège, etc.), et notamment pour six sous-groupes d’étudiantes et étudiants plus à risque de présenter des difficultés scolaires comme par exemple, les étudiant.e.s en situation de handicap, les étudiant.e.s de première génération et les étudiant.e.s immigrants.

ÉCOBES a auparavant utilisé les données du SPEC, pour améliorer ses connaissances sur les étudiant.e.s en sciences humaines, sur les étudiant.e.s de première génération et sur l’anxiété des étudiantes et étudiants du collégial et il poursuit sa collaboration avec la Fédération des cégeps en s’impliquant dans le comité SPEC mandaté pour poursuivre le développement de ce sondage.

Quelques projets récemment complétés

L’intégration aux études et l’engagement scolaire des étudiants admis conditionnellement à l’obtention d’un DEC : regards croisés des étudiants et des professionnels

Depuis l’automne 2008, les collèges québécois ont la possibilité d’admettre un candidat à qui il manque un maximum de six unités du secondaire. Les étudiants admis conditionnellement (ÉAC) au cégep sont ainsi soumis à un contrat d’engagement et doivent compléter leur formation secondaire parallèlement à leur première session au collège. Devant alors combiner deux horaires scolaires, moins du quart de ces étudiants aux antécédents scolaires souvent moins favorables parviennent à obtenir leur diplôme d’études collégiales…

Subventionnée par le PARÉA, cette étude d'une durée de trois ans vise à mieux comprendre la façon dont les ÉAC s’intègrent et s’engagent dans leurs études et à clarifier les besoins de ces derniers en matière de soutien. Pour la collecte de données, une méthodologie mixte est employée, soit un questionnaire d’enquête destiné aux étudiants et des entrevues semi-dirigées réalisées avec des professionnels de collèges et de centres de formation générale aux adultes. Cette étude a comme retombées l’amélioration de nos connaissances sur les situations particulières de ces étudiants, l’identification de solutions pour une intégration plus réussie et le développement de mesures de soutien et de pistes d’action plus en phase avec la réalité de ces étudiants.

Lien vers le rapport de recherche : Les étudiants admis conditionnellement au Cégep : plaidoyer pour un meilleur soutien

 

Familles à l’ère du numérique : un webdocumentaire pour sensibiliser aux enjeux de la communication école-famille

De plus en plus utilisées par les écoles pour communiquer avec les parents, les technologies numériques posent toutefois de nombreux défis. En février 2019, ÉCOBES a lancé le webdocumentaire Familles à l’ère du numérique afin de sensibiliser les parents et les intervenants des milieux scolaires et communautaires au fait que l’accès et l’utilisation des outils numériques peuvent s’avérer difficiles pour certains, particulièrement dans les milieux moins favorisés.

Plus concrètement, l’outil numérique Familles à l’ère du numérique rassemble cinq vidéos, cinq animations et trois bandes dessinées réalisés par des enseignants et des étudiants du programme « Art et technologie des médias » du Cégep de Jonquière. Un design attrayant, une navigation simple et ludique de même que des contenus vulgarisés favorisent son utilisation.

La réalisation du webdocumentaire s’est appuyée sur les résultats d’une étude menée par ÉCOBES et financée par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH). S’appuyant sur un partenariat réunissant le Cégep de Jonquière, le Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Carrefour communautaire Saint-Paul et le Centre de recherche, de développement et d’innovation en communication (CRDIC), le projet a permis de tracer le portrait de l’accès et des usages d’Internet et des technologies de l’information et des communications effectués par les parents d’élèves du secondaire présentant un faible niveau de littératie numérique.

Le webdocumentaire peut être consulté sur le Web à l’adresse http://familledunumerique.ca/.

Développement d’un modèle d’intervention interordres en faveur de l’accès aux études et de la persévérance des étudiants de première génération

L’Université du Québec à Rimouski, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, le Cégep de Rimouski, le Collège d’Alma ainsi que les cégeps de Jonquière, de Chicoutimi, de Saint-Félicien et de l’Abitibi-Témiscamingue ont travaillé conjointement au développement d’un projet pilote portant sur l’accès aux études et la persévérance des étudiants de première génération (EPG), à savoir des étudiants dont les parents ne sont allés ni au collège ni à l’université. Les établissements partenaires de ce projet ont donc choisi de mettre en commun leurs connaissances et leurs expériences afin de développer des interventions interordres plus ciblées et directement associées à des moments charnières du cheminement scolaire des EPG.

Ce projet a notamment donné lieu à la réalisation de capsules vidéos disponibles sur YouTube :

Analyse pancanadienne et internationale des indicateurs utilisés pour rendre compte de la performance des systèmes éducatifs nationaux

Les indicateurs de performance sont utiles pour les entreprises ou les organisations puisqu’ils participent à l’évaluation d’une situation et à la prise de décision. En éducation, les indicateurs permettent un certain contrôle du fonctionnement des systèmes scolaires, mais ils permettent aussi d’informer le public sur les processus et l’efficacité de la panoplie d’organismes qui œuvrent pour ce système complexe largement financé par des subsides de l’État. Dans le cadre d’un mandat octroyé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, une vaste recension des indicateurs en éducation utilisés dans plusieurs pays (Canada, États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Suède, Finlande, Japon) ainsi que dans certaines provinces canadiennes (Colombie-Britannique, Alberta, Manitoba, Ontario, Québec, Nouveau-Brunswick) et trois États américains (New York, Massachusetts, New Hampshire) a été réalisée. La recension de plus de 300 indicateurs (dont 272 proviennent de l’extérieur du Québec) et l’analyse plus approfondie de la méthodologie d’une trentaine d’entre eux permettent de faire ressortir une diversité de pratiques employées par les instances gouvernementales pour mesurer la performance de leur système d’éducation. Des stratégies inspirantes pour le Québec se dégagent de cette étude, particulièrement en ce qui a trait à la mesure de la diplomation et du décrochage scolaire au secondaire.

Enjeux et défis de la conciliation études-travail des élèves montréalais

Les récentes données de l’Enquête sur la population active (EPA) montrent que l’emploi étudiant est un phénomène en pleine croissance au Québec. En effet, les Québécois âgés de 15 à 24 ans qui étudient à temps plein sont proportionnellement plus nombreux que leurs homologues du reste du Canada à participer au marché du travail durant l’année scolaire et ils consacrent en moyenne un plus grand nombre d’heures par semaine à leur emploi (Gauthier et Labrie, 2013). C’est dans ce contexte que le Réseau Réussite Montréal (RRM) a approché ÉCOBES afin de mieux comprendre le phénomène de l’emploi étudiant et de développer des stratégies adéquates d’accompagnement et d’intervention en matière de conciliation études-travail.

Le projet de recherche collaborative est réalisé en partenariat avec les établissements d’enseignement au secteur des jeunes de trois commissions scolaires francophones de l’Île de Montréal, le milieu communautaire et institutionnel de même que le milieu des affaires représentés par le RRM. Y participent également les Carrefours jeunesse-emploi (CJE) associés au projet Équi T‑É. Une vaste enquête auprès des élèves de deuxième cycle du secondaire de la région de Montréal a été réalisée en 2015.