Écobes au Cégep de Jonquière

Nouveautés

Un accès aux études supérieures limité par les choix scolaires au secondaire

L'article « School Choice Options Limit Access to Higher Education for Various Groups of Students in Quebec », récemment publié dans la revue European Journal of Higher Education (7,1 : 56-77), témoigne de l'impact des options scolaires choisies au moment des études secondaires sur le parcours scolaire des jeunes. Cette publication est le fruit du mémoire de maîtrise réalisé par une chercheure d'ÉCOBES, en collaboration avec une professeure de l'Université Laval.

Résumé de l'article

«The choice of selected school options by pupils in secondary school, particularly mathematics and physical sciences, have implications for future educational pathways in higher education. With the massification of education, educational inequality has moved to another field, the inequalities in educational choices. To study the issue of school choice options and social inequality, the theoretical framework developed by Raymond Boudon (1979) was selected. The French sociologist describes the inequalities in education as a reflection of social and sexual differentiated behaviours. Three thousand five hundred and forty graduates from high school and newcomers to higher education responded to a questionnaire from the first weeks of their entry. According to our results, some groups of students are at a disadvantage given the diversification and amount of mathematics tracking in high school where they are more likely to opt for the tracking that limits future prospects.»

Pour en savoir plus sur cette étude, veuillez communiquer avec Julie Labrosse.

Maltraitance durant l'enfance et détresse psychologique de 14 à 24 ans

L'article « A prospective study of the impact of child maltreatment and friend support on psychological distress trajectory: From adolescence to emerging adulthood », publié dans la revue Journal of Affective Disorders, témoigne des effets néfastes de maltraitance durant l'enfance (exposition à de la violence conjugale, victime d'abus physiques ou sexuels) sur la trajectoire de détresse psychologique de 14 à 24 ans. Il met également en relief l'effet protecteur d'une perception positive du soutien des amis.

Cette publication est le fruit d'une collaboration entre des chercheurs d'ÉCOBES et une professeure-chercheure en psychologie de l'Université du Québec à Chicoutimi. Les résultats sont issus de l'enquête longitudinale menée par ÉCOBES depuis 2002 auprès des élèves saguenéens et jeannois.

Résumé de l'article

«Multilevel growth modeling indicated that psychological distress followed a significant decreasing curvilinear trajectory, with participants reporting fewer distressing psychological symptoms after 18 years. All three forms of child maltreatment, as well as their cumulative effect, predicted more psychological distress over 10 years above and beyond the protective effect of support from friends. Higher support from friends at age 14 was related to lower distress at baseline andover 10 years, beyond the effect of child maltreatment.»

Pour en savoir plus sur cette étude, veuillez communiquer avec Marie-Ève Blackburn.

Portrait de l'expérience d'intégration sociale et professionnelle des migrants

Nouveau rapport paru au printemps 2015 et réalisé par ÉCOBES à l'intention de MigrAction Saguenay–Lac-Saint-Jean dans le cadre de leur plan de mise en oeuvre 2012-2015. La stratégie régionale MigrAction a comme objectif de favoriser l’établissement durable des jeunes au Saguenay–Lac-Saint-Jean, ainsi qu’une occupation dynamique du territoire.

Ce rapport trace, dans un premier temps, le portrait de l’expérience d’intégration sociale et professionnelle de migrants accompagnés par un agent de MigrAction et compare cette expérience à celle de migrants non-accompagnés. Dans un deuxième temps, il présente l'évolution des opinions à l'égard de la région chez les 14-24 ans et s'intéresse aux facteurs influençant les migrations interrégionales chez les jeunes.

Expertise en matière d'emploi et d'immigration des gestionnaires des Laurentides

 

 

 

 

 

 

 

 

Récente étude réalisée par ÉCOBES pour le compte d'Emploi-Québec. Celle-ci trace le portrait des pratiques des gestionnaires de la région des Laurentides en prenant soin de documenter les processus de recrutement, d'intégration et de rétention de la main-d'oeuvre et plus particulièrement des travailleurs immigrants. Cette étude devrait permettre à la Table emploi-immigration d’appuyer les organisations dans leur démarche de recrutement et d’insertion des travailleurs immigrants. Pour un condensé des résultats, des faits saillants sont également disponibles.

Portrait socioéducationnel des étudiants de première génération

Réalisé conjointement avec l'Université du Québec, ce portrait est issu de l’analyse des données de trois enquêtes québécoises visant des étudiants au secondaire, au collège et à l’université. L'étude a été réalisée pour soutenir les travaux de la communauté de pratique du Projet interordres sur l’accès et la persévérance aux études supérieures des étudiants de première génération. Regroupant neuf établissements collégiaux et universitaires des régions de l’Abitibi-Témiscamingue, du Bas-St-Laurent et du Saguenay–Lac-St-Jean, cette communauté de pratique travaille à la création d’un modèle d’intervention qui permettra aux établissements d’enseignement d’améliorer leurs collaborations dans l’accompagnement des étudiants de première génération tout au long de leur parcours de formation : de l’accès jusqu’à la réussite.

Résumé de l'étude 

Dans la littérature, les étudiants de première génération (EPG) sont désignés comme des étudiants issus de familles dites à faible capital scolaire et faisant partie des groupes sous-représentés aux études supérieures. Parmi ces groupes, on retrouve également les Autochtones, les familles à faible revenu et les personnes en situation de handicap. La recherche démontre que ces groupes font face à des obstacles communs qui peuvent les détourner d’un projet d’études supérieures ou retarder le moment où ils y accèderont, tout en les plaçant dans des conditions d’études plus difficiles.

Les faits saillants présentés dans ce portrait font ressortir la transformation du profil des EPG au fil du parcours scolaire. Il confirme l’importance d’intervenir sur le plan de la valorisation des études supérieures le plus tôt possible dans ce parcours. Puisque plusieurs élèves au secondaire ne peuvent s’appuyer sur le modèle familial pour définir leur projet d’études, il apparaît nécessaire de leur donner la chance de s’inspirer d’autres modèles signifiants. Considérant les conditions d’études plus difficiles des EPG au collège et à l’université, d’autres actions peuvent être mises en place afin de s’assurer que les services de soutien disponibles dans les établissements d’enseignement tiennent compte de leur réalité distincte et qu’ils soient sensibles à leurs besoins.

Accueil et formation à l’embauche d’étudiants : une question de sécurité des jeunes travailleurs

Nouvelle étude parue à l’IRSST et réalisée conjointement avec ÉCOBES. Les données de cette recherche proviennent du 4e cycle de collecte de l’Enquête longitudinale menée par ÉCOBES auprès des élèves du Saguenay–Lac-Saint-Jean (ELESJ-14).

Résumé de l'étude 

Le cumul études-travail a crû de manière significative au cours des 30 dernières années au Québec. Plusieurs entreprises, notamment dans le secteur des services, comptent sur les étudiants pour pourvoir une partie de leurs besoins en main-d’œuvre. Ces emplois permettent aux étudiants de développer une première expérience professionnelle, mais ils les exposent également, tôt dans leur parcours professionnel, à certains risques professionnels qui peuvent avoir des impacts sur leur santé et leur sécurité. Les conditions d’accueil et d’intégration des nouveaux travailleurs sont de plus en plus reconnues comme une cible de prévention pertinente.

À partir d’entrevues menées auprès de 70 étudiants, âgés de 19 à 21 ans et occupant un emploi à temps partiel pendant l’année scolaire, la présente étude propose un portrait descriptif de l’accueil et de la formation que ces derniers ont reçus au moment de leur recrutement.

Bien que la majorité des emplois occupés par les participants se rapporte aux secteurs d’activité habituellement investis par les jeunes travailleurs, la plupart d’entre eux n’avaient aucune expérience professionnelle en lien avec leur emploi au moment de l’embauche. Ces emplois apparaissent variés et se retrouvent autant dans les petites que les grandes entreprises ou dans des entreprises franchisées. Malgré cette diversité, les propos des participants révèlent un dispositif d’accueil plutôt minimal dans la presque totalité des cas. Une formation à l’embauche est néanmoins offerte pour la majorité des emplois bien que son étendue soit variable et que sa durée puisse, parfois, se limiter à quelques minutes. Il s’agit surtout d’une formation sur le tas qui se déroule au poste de travail. L’utilisation d’outils comme des vidéos, des DVD, des modules de formation en ligne demeure marginale. C’est surtout grâce aux interactions avec le superviseur et les collègues, donc par socialisation, que certains savoirs essentiels à la prévention sont transmis au nouveau travailleur.

Deux éléments sont à retenir de cette étude. Premièrement, il semble important de poursuivre le développement d’outils d’information et de sensibilisation à la SST, et surtout de stratégies afin qu’ils soient mieux connus des employeurs susceptibles d’embaucher des étudiants. Deuxièmement, il faut rappeler que ces outils ne sauraient remplacer le rôle clé joué par les superviseurs et les collègues de travail dans la transmission des savoirs de prudence.