Écobes au Cégep de Jonquière

Projets en éducation

Projets en cours en 2016-2017

Trousse sur la conciliation études-travail

Au cours des dernières années, ÉCOBES a développé et conçu un site Web mobile hébergeant une trousse sur la conciliation études-travail. L’objectif de la trousse est de mieux outiller, à l’échelle provinciale, les intervenants du secteur communautaire, du milieu de l’éducation, de la santé et des services sociaux par rapport à la problématique du cumul études-travail. Plus particulièrement, cet outil permet aux étudiants travailleurs de 12 à 24 ans d’obtenir un diagnostic sur leur situation scolaire, sur leur travail et sur leur santé en plus de bénéficier de conseils pratiques spécifiques à leur condition. Lancé en décembre 2015, cet outil d'autodiagnostic est disponible sur Internet : www.jeconcilie.com.

 Ce projet s’appuie entre autres sur les recherches sur la santé et la sécurité des étudiants travailleurs effectuées par ÉCOBES en partenariat avec l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST). En plus de l'IRSST, les partenaires du projet sont Réunir Réussir, les Instances régionales de concertation sur la persévérance scolaire et la réussite éducative (IRC) du Québec ainsi que le Centre de recherche, de développement et d’innovation en communication (CRDIC) du Cégep de Jonquière.

Adaptation de la trousse sur la conciliation études-travail aux étudiants du Nouveau-Brunswick

La problématique du cumul études-travail est un phénomène en croissance au Nouveau-Brunswick. Bien que le fait d’occuper un emploi pendant l’année scolaire puisse comporter plusieurs avantages, cette situation n’est pas exempte de risques au regard de la réussite scolaire et de la santé. La trousse sur la conciliation études-travail (CET), JeConcilie.com, développée par ÉCOBES en collaboration avec ses différents partenaires, permet aux étudiants travailleurs, accompagnés ou non d’un professionnel de l’éducation ou de l’intervention, d’obtenir un portrait diagnostic spécifique à leur situation et de se voir proposer des changements de pratiques personnalisés en vue de favoriser une meilleure CET.

La première phase du projet consiste à adapter et à expérimenter l’outil en ligne développé au Québec au contexte spécifique francophone du Nouveau-Brunswick. Par la suite, de grands échantillons d'étudiants des cinq campus du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) seront invités à compléter l’outil en ligne afin de produire un portrait détaillé de leur situation au regard du cumul études-travail. Tout au long du projet, l’expertise liée à l’utilisation de la trousse sur la CET sera transférée aux professionnels de l’éducation et de l’intervention du CCNB et aux partenaires du Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada (RCCFC).

Utilisation des TIC par les parents présentant un faible niveau de littéracie numérique : pour une meilleure stratégie de communication école-famille

Ce projet vise à déterminer comment les acteurs de l’éducation peuvent mieux utiliser les technologies de l’information et des communications (TIC) pour communiquer avec les parents présentant un faible niveau de littératie numérique afin que ces derniers soutiennent leurs enfants dans leurs parcours et leurs transitions scolaires. Un portrait de l’accès et des usages des outils numériques par les parents sera tracé. Celui-ci permettra d’identifier les stratégies communicationnelles à privilégier.

D’une durée de deux ans, le projet s’appuie sur un partenariat réunissant le Cégep de Jonquière, le Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire (CRÉPAS), le Carrefour communautaire Saint-Paul et le Centre de recherche, de développement et d’innovation en communication (CRDIC). Ce projet est soutenu par le Fonds d’innovation sociale destiné aux communautés et aux collèges du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH).

L’intégration aux études et l’engagement scolaire des étudiants admis conditionnellement à l’enseignement collégial. Regards croisés des étudiants et des professionnels.

Depuis l’automne 2008, les collèges québécois ont la possibilité d’admettre un candidat à qui il manque un maximum de six unités du secondaire. Il en est de même pour le titulaire d’un diplôme d’études professionnelles (DEP) qui n’aurait pas les unités des matières désignées comme nécessaires pour être admis au collège. Les étudiants admis conditionnellement (ÉAC) au cégep sont soumis à un contrat d’engagement et doivent compléter leur formation secondaire en concomitance de leur première session au collège.

Subventionnée par le PARÉA, cette étude, d'une durée de trois ans, s’applique à mieux comprendre la façon dont les ÉAC s’intègrent et s’engagent dans leurs études afin de déceler leurs besoins de soutien non comblés. Pour la collecte des données, une méthodologie mixte est employée : un questionnaire d’enquête est destiné aux étudiants alors que des entrevues seront réalisées avec des professionnels de collèges et de centres de formation générale aux adultes.

Plateforme de cartographie interactive d'indicateurs scolaires

CartoJeunes est un ambitieux projet déployant une plateforme Web de cartographie d'indicateurs spatialisés. Intuitive et facile d'appropriation, la plateforme est présentement utilisée par des centaines d'acteurs aux quatre coins du Québec. Elle sert la mobilisation régionale, le milieu scolaire et le milieu communautaire.

Dévoilé en primeur en novembre 2014, le site CartoJeunes a été développé par la Chaire VISAJ en partenariat avec des chercheurs d'ÉCOBES. CartoJeunes constitue la troisième phase et la nouvelle génération de la plateforme CartoDiplôme, initiée en 2005 par ÉCOBES. Plus flexible et polyvalente, la nouvelle plateforme propose un plus vaste choix d'indicateurs de cheminements scolaires selon une plus grande diversité de découpages géographiques en plus de rendre disponibles les données du recensement. De même, CartoJeunes propose des mises à jour fréquentes ainsi qu’une profondeur historique permettant des analyses chronologiques.

Une version spécialisée de la plateforme, CartoJeunes-PRO, est présentement en développement. S'adressant davantage aux analystes, aux chercheurs et aux différents acteurs impliqués dans la mobilisation régionale, cette version offre des outils d'analyse supplémentaires ainsi qu'un accès privilégié à certaines données. Des formations sur CartoJeunes-PRO sont actuellement offertes.

La réalisation de CartoJeunes a été rendue possible grâce au partenariat entre la Chaire VISAJ, le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur et la Fondation Lucie et André Chagnon.

Lien vers l'article La diplomation en recul chez les filles, Gabrielle Duchaine, La Presse+, 24 janvier 2014

Lien vers l'article CartoJeunes : un outil au service de la gouvernance scolaire au collégial, Michaël Gaudreault et Isabelle Morin, Portail du réseau collégial du Québec, 6 juin 2016

Facteurs territoriaux de réussite scolaire

Ce projet, réalisé en partenariat avec des chercheurs d'ÉCOBES, de la Chaire VISAJ et de l'Université de Caen (France), consiste à produire de nouvelles connaissances sur les facteurs territoriaux liés à la réussite et à la persévérance scolaires des jeunes du secondaire. L'un des objectifs de ce projet est d'être en mesure d'identifier des territoires vulnérables au plan de la réussite scolaire en fonction de leurs caractéristiques démographiques, géographiques, économiques et sociales.

Pour y parvenir, un indice synthèse de risque a été créé. La modélisation de cet indice permet d’identifier les caractéristiques communes aux territoires présentant un retard au regard de la réussite et de la persévérance scolaires de leurs élèves.

L’article de Lisa-Marie Gervais, Le Devoir (2 novembre 2013), révèle les premiers constats de l'étude :

« Contrairement aux idées reçues, même s’il a son importance, le dynamisme économique n’est pas nécessairement le facteur le plus déterminant. De façon surprenante, le taux de croissance de la population a un effet négatif sur la réussite, tout comme la proportion de logements ayant besoin de réparations majeures et la proportion d’individus dont la langue parlée à la maison n’est ni l’anglais ni le français. »

 

Quelques projets récemment complétés

Développement d’un modèle d’intervention interordres en faveur de l’accès aux études et de la persévérance des étudiants de première génération

L’Université du Québec à Rimouski, l’Université du Québec à Chicoutimi, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, le Cégep de Rimouski, le Collège d’Alma ainsi que les cégeps de Jonquière, de Chicoutimi, de Saint-Félicien et de l’Abitibi-Témiscamingue travaillent conjointement au développement d’un projet pilote portant sur l’accès aux études et la persévérance des étudiants de première génération (EPG), à savoir des étudiants dont les parents ne sont allés ni au collège ni à l’université. Les établissements partenaires de ce projet ont donc choisi de mettre en commun leurs connaissances et leurs expériences afin de développer des interventions interordres plus ciblées et directement associées à des moments charnières du cheminement scolaire des EPG.

Ce projet a notamment donné lieu à la réalisation de capsules vidéos disponibles sur YouTube :

Le Centre de recherche, de développement et d'innovation en communication (CRDIC) du Cégep de Jonquière a contribué à ces productions.

Analyse pancanadienne et internationale des indicateurs utilisés pour rendre compte de la performance des systèmes éducatifs nationaux

Les indicateurs de performance sont utiles pour les entreprises ou les organisations puisqu’ils participent à l’évaluation d’une situation et à la prise de décision. En éducation, les indicateurs permettent un certain contrôle du fonctionnement des systèmes scolaires, mais ils permettent aussi d’informer le public sur les processus et l’efficacité de la panoplie d’organismes qui œuvrent pour ce système complexe largement financé par des subsides de l’État. Dans le cadre d’un mandat octroyé par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, une vaste recension des indicateurs en éducation utilisés dans plusieurs pays (Canada, États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Suède, Finlande, Japon) ainsi que dans certaines provinces canadiennes (Colombie-Britannique, Alberta, Manitoba, Ontario, Québec, Nouveau-Brunswick) et trois États américains (New York, Massachusetts, New Hampshire) a été réalisée. La recension de plus de 300 indicateurs (dont 272 proviennent de l’extérieur du Québec) et l’analyse plus approfondie de la méthodologie d’une trentaine d’entre eux permettent de faire ressortir une diversité de pratiques employées par les instances gouvernementales pour mesurer la performance de leur système d’éducation. Des stratégies inspirantes pour le Québec se dégagent de cette étude, particulièrement en ce qui a trait à la mesure de la diplomation et du décrochage scolaire au secondaire.

Enjeux et défis de la conciliation études-travail des élèves montréalais

Les récentes données de l’Enquête sur la population active (EPA) montrent que l’emploi étudiant est un phénomène en pleine croissance au Québec. En effet, les Québécois âgés de 15 à 24 ans qui étudient à temps plein sont proportionnellement plus nombreux que leurs homologues du reste du Canada à participer au marché du travail durant l’année scolaire et ils consacrent en moyenne un plus grand nombre d’heures par semaine à leur emploi (Gauthier et Labrie, 2013). C’est dans ce contexte que le Réseau Réussite Montréal (RRM) a approché ÉCOBES afin de mieux comprendre le phénomène de l’emploi étudiant et de développer des stratégies adéquates d’accompagnement et d’intervention en matière de conciliation études-travail.

Le projet de recherche collaborative est réalisé en partenariat avec les établissements d’enseignement au secteur des jeunes de trois commissions scolaires francophones de l’Île de Montréal, le milieu communautaire et institutionnel de même que le milieu des affaires représentés par le RRM. Y participent également les Carrefours jeunesse-emploi (CJE) associés au projet Équi T-É. Une vaste enquête auprès des élèves de deuxième cycle du secondaire de la région de Montréal a été réalisée en 2015. Les résultats de la recherche permettront d'initier une concertation régionale autour des enjeux de la conciliation études-travail.

Les jeunes et la science au Saguenay–Lac-Saint-Jean

À titre de partenaire, ÉCOBES participe à une table de concertation ayant pour objectif de développer un projet régional concernant l’intérêt des jeunes pour les sciences et les technologies. Les travaux, réalisés antérieurement par le Centre au regard des perceptions des carrières scientifiques et du choix vocationnel des jeunes du secondaire, permettent d’alimenter les acteurs dans l’élaboration du plan d’action régional pour le développement de la culture scientifique au Saguenay–Lac-Saint-Jean. En outre, les chercheurs d'ÉCOBES soutiennent la table de concertation au regard de l'évaluation du projet mis en place et, plus spécifiquement, de l'appréciation de ses effets sur les élèves concernés.

Enjeux et défis de l’intégration et de l’engagement des étudiants du collège

Ce projet de recherche porte sur la première cohorte à avoir été soumise au renouveau pédagogique durant ses études et qui est, de ce fait, susceptible de présenter un portrait différent de celui des cohortes précédentes. L’objectif de l’étude était de documenter l’entrée au collège de cette cohorte d’étudiants en vue de les soutenir pour relever le défi de leur intégration et de leur engagement scolaires. Les collèges de trois régions du Québec (Mauricie, Lanaudière et Saguenay–Lac-Saint-Jean) y ont participé, en partenariat avec les organismes du milieu et de la communauté représentés par les instances régionales de concertation vouées à la persévérance scolaire (COMPERES, CRÉVALE, CRÉPAS) et les tables interordres d’éducation. Une vaste enquête a été réalisée à l’automne 2010 auprès des étudiants des dix collèges de ces régions. Des portraits par collège et par région ont été produits à partir de ces données de même qu’un rapport de recherche sur l’intégration et l’engagement scolaire. Pour consulter la page web destinée à cette enquête.

Tabagisme maternel intra-utérin, apprentissage et adaptation sociale d’adolescents du Saguenay–Lac-Saint-Jean (Saguenay Youth Study, volet I)

Le volet I de ce projet multidisciplinaire réunissant des chercheurs de plusieurs pays concerne la sociologie de l’éducation. Il s’agissait plus précisément de déterminer les conséquences à long terme d’un environnement intra-utérin défavorable, soit l’exposition au tabac durant la grossesse, sur l’apprentissage et la réussite scolaires des adolescents.

Portrait de la persévérance scolaire au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Mis à jour annuellement, ce portrait résume l’état de situation quant aux indicateurs de persévérance scolaire au secondaire, au collège et à l’université. Tant au plan régional qu’au plan provincial, le portrait retrace l’évolution de ces indicateurs depuis les 10 à 15 plus récentes cohortes d’étudiants. Les taux de sorties sans diplôme au secondaire, les taux de réinscription au 3e trimestre d’études au collège et à l’université, de même que les taux de diplomation aux différents ordres d’enseignement y sont présentés.

Étude des déterminants de la persévérance scolaire chez les étudiants adultes

Le CRÉPAS, en collaboration avec le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MESS), a fait appel à ÉCOBES afin de mieux connaître les facteurs associés à l’abandon des participants aux mesures de formation d’Emploi-Québec. Cette étude visait l’exploration de nouvelles avenues favorisant la prévention de l’abandon des participants à ces différentes mesures de formation à l’emploi.

Projet franco-québécois sur la persévérance scolaire

En 2003, le tandem ÉCOBES-CRÉPAS du Saguenay–Lac-Saint-Jean a participé à une première mission à Bordeaux, en France, où le modèle a retenu l’attention lors des Ateliers franco-québécois de la coopération décentralisée. Deux missions ont suivi, l’une à Bordeaux et à Paris, en janvier 2006; l’autre au Québec, en 2006, au cours desquelles des délégués français de deux régions (Aquitaine et Île-de-France) ont tissé des liens plus étroits avec ÉCOBES. La collaboration s’est poursuivie en 2008 lors du colloque du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ). Quarante représentants de l’Aquitaine y ont alors pris part. En 2010 et en 2012, une délégation régionale s’est rendue en Bretagne. En 2012-2013, la mission s’est poursuivie autour d’un même objectif : développer un langage commun et des mécanismes de collaboration afin de fertiliser les actions en matière de persévérance scolaire dans le but ultime d’affiner les interventions, et ce, à la lumière de l’expertise développée tant au Québec qu’en France.